Les 50 nuances de … la méditation – Partie 2

 

La partie 1 vous a plu ? Alors on continue sur notre lancée avec la partie 2 des 50 nuances de la méditation. Je vous livre 10 nouveaux bienfaits et bénéfices de la méditation. Et comme dans la partie 1 de l’article, vous trouverez à chaque bienfait/bénéfice, une étude scientifique qui en atteste. Il y en a pour tous les goûts : physique, psychologique, physiologique,… La pratique régulière de la méditation peut changer votre vie sur beaucoup de plans. Sans plus attendre découvrons les points 16 à 25.

 

 

50 bienfaits et bénéfices de la méditation - 2

 

 

16 – Je médite et ça m’aide à perdre du poids

Aussi dingue que cela puisse paraître, la pleine conscience peut vous être utile pour lutter contre les grignotages. Des chercheurs de l’Université Swansea et de la ville de Londres se sont penchés sur une stratégie efficace pour lutter contre le grignotage. Ils ont mené une étude dans laquelle les individus devaient ne pas céder aux tentations (ex. : manger du chocolat) et ce grâce à une technique de pleine conscience. Les résultats ont été publiés dans le journal britannique Health Psychology. Il en ressort que les patients qui ont suivi la méthode de pleine conscience dans le but de ne pas céder à la tentation ont tous réussi (comparé aux autres groupes) : ils ont mangé 3  fois moins de chocolat que les deux autres groupes tests.

 

17 – Je médite et je deviens plus empathique

“Nous savions que la méditation pouvait augmenter le bien-être physique et psychologique”, confie Paul Condon (chercheur). Nous voulions savoir si cela pouvait aussi augmenter l’empathie.” C’est une étude publiée dans le journal Psychological Science qui nous l’indique: la méditation ferait de nous de meilleures personnes.

 

 

Cette étude a été menée par des psychologues de la Northeastern University et de l’université Harvard (Boston). Les participants se sont soumis à un programme de 8 semaines de méditation. Après cela, les tests ont commencé. Il s’agissait de mettre à l’épreuve la compassion des participants. Comment ? En les faisant s’asseoir dans une (fausse) salle d’attente en compagnie d’une personne en béquilles, présentant des signes de souffrance extrême et d’une autre, assise sur sa chaise, stoïque (ces personnes étaient des acteurs employés pour l’occasion Winking smile).

Au final, 85% des personnes ont aidé le souffrant. “L’aspect le plus surprenant de cette découverte est le fait que la méditation ait donné envie aux participants de se comporter de manière vertueuse, et ce même face à une norme qui nous dicte de ne pas agir ainsi,” explique David DeSteno, qui dirigeait l’étude. Le fait que l’autre acteur ne réagisse pas créait un effet de marginalisation qui tend normalement à réduire la volonté de se démarquer.”

18 –  Je médite et je me libère de mes addictions

  • Cela fait des années que vous testez, sans succès, toutes les méthodes pour arrêter de fumer ? Savez-vous que la méditation peut vous aider dans votre sevrage tabagique ? Pour preuve, une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, montre qu’une forme particulière de méditation de pleine conscience, appelée “entraînement fédérateur du corps et de l’esprit” ou IBMT (Integrative Body-Mind Training), donnait une plus grande maîtrise de soi aux fumeurs et leur permettait de réduire leur consommation, sans même qu’ils s’en aperçoivent. L’IBMT est une technique chinoise de méditation de pleine conscience impliquant l’imagerie mentale, l’entraînement de pleine conscience et la relaxation.
  • Cette fois-ci, une étude concernant l’alcoolisme, réalisée par le Dr Sarah Bowen. Elle a étudié 2 groupes de personnes présentant une dépendance à l’alcool. Le premier groupe a suivi un programme de pleine conscience et le deuxième groupe a suivi un programme standard en 12 étapes. Il est apparu que seul 8% des personnes du premier groupe avait rechuté après 1 an, contre 20% des personnes du deuxième groupe.

 

 

19 – Je médite et je ne prends plus de médicaments

La méditation peut constituer une très bonne alternative aux médicaments. Dans cette étude, on nous prouve que la méditation peut être utilisée dans le but de palier aux anti-dépresseurs. Dans un essai en “double aveugle” (méthode qui permet de comparer 2 traitements), l‘équipe de Willem Kuyken (professeur en psychologie à l’université d’Oxford) a évalué l’efficacité de la méditation par rapport aux antidépresseurs. Pour ce faire, 480 patients qui ont connu au moins 3 épisodes dépressifs importants ont été traités soit par méditation soit par antidépresseurs. L’étude a duré plus de 2 ans, les 2 « traitements » se sont révélés « positifs » pour éviter ou retarder les rechutes dépressives. Pour autant, les chercheurs n’ont pas pu établir une supériorité de la méditation sur les antidépresseurs en terme d’efficacité. Les auteurs de l’étude estiment toutefois que « cette étude, ajoutée aux précédents travaux, donne des preuves solides de l’efficacité » de la méditation de pleine conscience « pour les patients qui veulent une alternative » aux antidépresseurs. Et c’est également une alternative efficace pour les personnes qui ne tolèrent pas les antidépresseurs.

20 – Je médite et je suis plus heureux(se)

En novembre 2015, lors d’une conférence TEDx, Robert Waldinger (psychiatre et professeur à la Havard Mecidal School) a révélé l’aboutissement d’une très longue étude. Pendant 75 ans (oui oui 75 ans, vous avez bien lu), des chercheurs ont suivi méticuleusement le quotidien de 724 hommes (et pourquoi pas des femmes ?). L’étude portait sur le bonheur. L’étude a commencé en 1938 et depuis 4 directeurs d’études se sont succédés pour mener à bien les recherches. A noter que, généralement, les études de cette ampleur s’arrêtent au bout d’une dizaine d’années (faute de moyens). La conclusion de cette étude à couper le souffle est que “L’amour est tout ce qui compte chez l’être humain pour être heureux”.

 

Ci-dessous, la vidéo-conférence donnée par Robert Waldinger :

 

Les résultats de cette étude montrent que les relations humaines sont plus que bénéfiques pour le bien-être tandis que la solitude a l’effet inverse. On apprend que les individus les plus connectés à leur famille, à leurs amis et à leur cercle social sont non seulement plus heureux mais aussi en meilleure santé. Et quoi de mieux que la méditation pour être plus connecté au moment présent ? La méditation c’est l’essence même du moment présent, être ici et maintenant et profiter de l’instant présent. C’est pourquoi, les gens qui pratiquent régulièrement la pleine conscience sont plus heureux que la moyenne.

21– Je médite pour ne plus avoir de migraines

Cette étude va intéresser toutes les personnes qui sont sujettes aux migraines chroniques. Une étude qui a été publiée dans la revue médicale Headache nous explique que la méditation pourrait soulager la migraine. Dans cette étude, on a demandé à 19 personnes souffrant de migraines chroniques de suivre un programme ; 10 d’entres elles ont suivi pendant 8 semaines le programme MBSR et les 9 autres ont reçu des soins standards. A l’issue de cette étude, les chercheurs ont pu constater que les personnes qui avaient suivi le programme MBSR avaient 1,4 fois moins de migraines que le groupe témoin. Ils ont également constaté que les migraines du groupe MBSR étaient moins intenses et leurs durées étaient plus courtes que celles du groupe témoin. Même si les résultats ne sont pas clairement significatifs, ils donnent de l’espoir dans le traitement des migraines sans passer par la case médicaments. Et ça, ça n’a pas de prix.

22 – Je médite pour éviter le burnout

Le  burnout ou syndrome d’épuisement professionnel se caractérise par un état d’épuisement général, à la fois psychique, émotionnel et mental. C’est un mal qui découle directement d’un stress chronique lié au milieu professionnel. La Haute Autorité de Santé (lien complet de l’article) a récemment validé la méditation comme traitement contre le burnout.

Voici 2 études qui attestent des bienfaits de la méditation pour traiter le burnout :

  • Des chercheurs américains ont demandé à 70 médecins (professionnels largement touchés par le burnout) de suivre un programme de pleine conscience durant 1 an. A la fin du programme, l’épuisement émotionnel des participants avait diminué de 25,4 %. Les séances de méditation ont eu pour effet de réduire les symptômes liés au syndrome d’épuisement professionnel. Les auteurs de l’étude rapportent également une réduction de 51,5 % des perturbations de l’humeur et une amélioration de 8,2 % de la stabilité émotionnelle. Par ailleurs, la capacité d’empathie des médecins envers leurs patients a augmenté d’environ 4 %.
  • Une étude taïwanaise réalisée en 2015 a permis d’étudier un échantillon de 144 travailleurs, tous volontaires, répartis en 2 groupes . Le premier groupe(groupe témoin) ayant bénéficié d’un programme de  méditation de pleine conscience durant 8 semaines. L’autre groupe (groupe contrôle) ayant simplement répondu à un questionnaire sur le bien être, la fatigue et les facteurs de stress en entreprise. Les chercheurs ont observé que le groupe témoin a déclaré ressentir moins de fatigue prolongée et moins de stress au travail. Leurs niveaux d’anxiété et de dépression montraient également une diminution. Les participants ayant médité avaient un meilleur sommeil, moins de douleurs et une nette amélioration des qualités relationnelles avec leurs collègues. Etude complète en anglais

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Podcast #2 - Le lâcher prise

23 – Je médite et je lutte contre ma phobie sociale

La phobie sociale est une anxiété sociale au même titre que la timidité ou le trac. Mais à la différence de ces derniers, la phobie sociale est une vraie maladie psychologique appartenant au groupe des troubles anxieux. Elle se manifeste par une appréhension exagérée du regard des autres et par une peur excessive des contacts sociaux. La phobie sociale nuit parfois gravement à la vie quotidienne et peut même engendrer une grande souffrance.

Une personne phobique n’est pas seulement victime d’un trouble psychique. Elle souffre d’un dérèglement biologique de  son “système d’alarme” interne, explique Christophe André dans son livre Psychologie de la Peur paru en 2004.

La phobie sociale peut être traitée par le biais du programme MBCT (Mindfulness Based Cognitive Therapy ou thérapie cognitive basée sur la pleine conscience).  Il a été prouvé que les personnes qui souffrent d’anxiété sociale produisent parfois de trop grandes quantités de sérotonine (molécule du bien-être qui permet d’envoyer des informations d’une zone du cerveau à l’autre). La méditation va servir à réguler ce taux. Les études scientifiques à ce sujet sont encore récentes mais très encourageantes. En complément, je vous invite à consulter ici le témoignage d’Annie Gruyer (fondatrice de Médiagora Paris, association pour les phobiques et anxieux) où elle nous explique comment la méditation a soigné sa phobie sociale.

24 – Je médite et je soigne mon psoriasis

Le psoriasis est une maladie de peau qui touche 2 à 3 millions de français, elle est liée à un problème de renouvellement de l’épiderme. On sait que le psoriasis répond favorablement aux techniques de gestion du stress comme le programme MBSR. Une étude réalisée en 1998 et menée par Jon Kabat Zinn et son équipe démontre les effets de la pleine conscience dans le traitement du psoriasis. Deux groupes furent constitués pour l’étude. Le premier groupe bénéficiait d’un traitement classique par photothérapie, pour le second, le traitement était accompagné par des consignes de pleine conscience (prendre conscience de la respiration, des sensations corporelles, imaginer les UV ralentissant la croissance des cellules). A l’issue de l’étude, les chercheurs ont constaté que les effets de la photothérapie étaient 4 fois plus efficaces sur les patients qui écoutaient les consignes de pleine conscience.

25 – Je médite et j’ai de meilleures capacités sensorielles

Encore une fois, plusieurs études démontrent que la méditation aide à améliorer nos capacités sensorielles. Lors d’une étude parue en 2006, des étudiants ont été invités soit à dormir, soit à méditer ou soit à regarder la télévision. On testait ensuite leur vigilance, ils devaient appuyer sur un bouton à chaque fois qu’ils voyaient un flash sur un écran. Les étudiants du groupe méditation s’en sont mieux sortis et ont eu des résultats meilleurs de 10 % par rapport aux deux groupes tests.

 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  7,5 conseils pour aménager son coin méditation à la maison

 

50 bienfaits et bénéfices de la méditation - 2

 

Alors qu’avez-vous pensez de cette partie 2 ?  Vous aussi vous trouvez ça dingue tous les effets positifs que la méditation peut apporter dans votre vie ? Ca vous a définitivement convaincu de vous mettre à la méditation ? Pas encore ? Dans ce cas, ne loupez pas la dernière partie des 50 nuances de la méditation. La partie 3 arrive bientôt…

 

 

 

 

Lien vers la partie 3 de l’article (à venir)

Lien vers la partie 1 de l’article

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis :)
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.